Bon coup chercheure : Maria Martinez-Silva publie un article

raqcomm Bons coups, Chercheurs et Chercheuses

Maria Angelica Martinez Silva, chercheure post-doctoral à l’UQARISMER publie un article dans la revue General and Comparative Endocrinology. Intitulé “Growth regulation in brook charr Salvelinus fontinalis“.

Résumé :

La croissance des poissons peut être modulée par sélection génétique. Cependant, on ne sait pas si les mécanismes de régulation de la croissance modulés par la sélection génétique peuvent fournir des informations sur les variations phénotypiques de croissance parmi les familles ou les populations. Suite à un programme d’élevage de cinq générations qui a sélectionné l’absence de maturité sexuelle précoce et une croissance accrue chez l’omble de fontaine, nous avons cherché à comprendre comment le processus de sélection génétique modifie la voie de régulation de la croissance de l’omble de fontaine au niveau moléculaire. Pour ce faire, nous avons étudié la régulation des traits de croissance à trois niveaux différents : 1) entre les lignées, l’une sous sélection, l’autre non, 2) entre les familles exprimant des différences dans les phénotypes de croissance moyenne, que nous avons appelés performances familiales, et 3) chez les individus au sein des familles qui expriment des phénotypes de croissance extrême, que nous avons qualifié de croissance lente et de croissance rapide. À l’âge de 1 an et plus, les individus de quatre des familles les plus performantes et de quatre des familles les moins performantes en termes de croissance ont été échantillonnés à la fois dans les lignées de contrôles et sélectionnées. Les niveaux d’expression génique de trois gènes de référence et de dix gènes cibles ont été analysés par PCR en temps réel. Les résultats ont montré qu’une meilleure performance de croissance (en termes de poids et de longueur à l’âge) dans la lignée sélectionnée était associée à une régulation à la hausse de l’expression des gènes impliqués dans l’axe hormone de croissance (GH)/facteur de croissance de l’insuline-1 (IGF-1) , incluant les niveaux d’expression génique de trois gènes de référence et de dix gènes cibles ont été analysés par PCR en temps réel. Les résultats ont montré qu’une meilleure performance de croissance (en termes de poids et de longueur à l’âge) dans la lignée sélectionnée était associée à une régulation à la hausse de l’expression des gènes impliqués dans l’axe hormone de croissance (GH)/facteur de croissance de l’insuline-1 (IGF-1) , incluant les niveaux d’expression génique de trois gènes de référence et de dix gènes cibles ont été analysés par PCR en temps réel. Les résultats ont montré qu’une meilleure performance de croissance (en termes de poids et de longueur à l’âge) dans la lignée sélectionnée était associée à une régulation à la hausse de l’expression des gènes impliqués dans l’axe hormone de croissance (GH)/facteur de croissance de l’insuline-1 (IGF-1) , incluant le récepteur igf-1 dans l’hypophyse ; le récepteur gh-1 et igf-1 dans le foie ; et ghr et igf-1r dans le muscle blanc. En examinant l’expression des gènes au sein des familles, les performances familiales et les phénotypes individuels ont été associés à des régulations à la hausse du récepteur de la leptine et du neuropeptide Y – gènes liés à la régulation de l’appétit – dans les phénotypes à croissance plus lente. Cependant, d’autres gènes liés à l’appétit ( ghréline, somatostatine ) ou impliqués dans la croissance musculaire ( chaîne lourde de la myosine, myogénine) n’étaient pas exprimés de manière différentielle. Cette étude met en évidence comment la transcriptomique peut améliorer notre compréhension des rôles des différentes étapes endocriniennes clés qui régulent les performances physiologiques. De grandes variations de croissance existent encore dans la lignée sélectionnée, indiquant que le plein potentiel de sélection génétique n’a pas été atteint.

Pour lire et accédez à l’article cliquez ici

Partager cet article