Bon coup étudiant : Ghizlane Banousse obtient le prix de la meilleure présentation étudiante de la deuxième journée du colloque RAQ de l’Acfas

raqcomm Bons coups, Étudiant.e.s

Ghizlane Banousse, étudiante au doctorat sous la direction de Céline Audet à l’UQAR-ISMER, obtient le prix de la meilleure présentation étudiante de la deuxième journée du colloque RAQ de l’Acfas.

La plasticité transgénérationnelle pourrait-elle sauver l’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) des futures tendances du réchauffement climatique ?

Ghizlane Banousse (UQAR – Université du Québec à Rimouski), Christina Semeniuk (Université de Windsor), Louis Bernatchez (Université Laval), Céline Audet (UQAR-ISMER)

Dans le contexte des futures tendances du réchauffement climatique, prédire comment les organismes répondront est un enjeu majeur. Un des mécanismes pouvant intervenir est la plasticité transgénérationnelle à travers des mécanismes génétiques, mais surtout épigénétiques. L’objectif de ce travail est de vérifier si le régime thermique subi par des géniteurs d’omble de fontaine en période de maturation gamétique ; froid ( de 11,5° en Septembre à 3° en Décembre) et chaud ( de 13,5° en Septembre à 5° en Décembre), et celui subi par la progéniture en période de développement embryonnaire et d’alimentation endogène (sac vitellin) ( 5° et 8°) pourront induire des modifications transcriptionnelles des principaux gènes impliqués dans la physiologie, le comportement, la neurobiologie ainsi que la méthylation de l’ADN (le mécanisme épigénétique le plus étudié) chez les alevins en début d’alimentation exogène. Pour chaque alevin, l’ARN du cerveau, du muscle, et des branchies / foie / cœur/ intestin combinés a été extrait. Les profils transcriptionnels du cerveau seront obtenus en utilisant la technologie du séquençage de nouvelle génération (NGS), analysés et comparés entre les différentes conditions thermiques. Les résultats obtenus fourniront des informations de base aux pisciculteurs pour ajuster les schémas thermiques de reproduction et d’incubation avec les tendances du réchauffement chez cette espèce, deuxième en importance pour la production piscicole québécoise.

Ghizlane a su vulgariser les mécanismes épigénétiques pour nous présenter son projet de doctorat qui permettra aux pisciculteurs d’améliorer leur technique de reproduction et d’incubation de l’omble de fontaine dans un contexte de réchauffement climatique.

Félicitations !

Partager cet article