Bon coup étudiant : Maria Martinez Silva devient docteure et publie dans ICES Journal of Marine Science

coordo Bons coups, Étudiant.e.s

Félicitations à Maria Martinez Silva qui a soutenu sa thèse qui traite de l’expression de gènes de croissance chez l’omble de fontaine et le sébaste, le 14 décembre dernier. Un travail énorme que Maria a su partager de manière accessible à tout le public présent dans la salle et en ligne. Maria a été encadrée par deux membres du RAQ : Céline Audet (UQAR-ISMER) et Marie Vagner (LEMAR – IUEM).

Elle a ainsi obtenu le titre de docteure en océanographie de l’ISMER-UQAR ! 👏

Le but de sa thèse était d’explorer comment la transcriptomique peut apporter des informations sur les voies de régulation de la croissance et du métabolisme au niveau moléculaire chez des téléostéens d’intérêt commercial pour l’aquaculture, en utilisant l’omble de fontaine Salvelinus fontinalis comme modèle, ou dans les pêches commerciales en utilisant Sebastes mentella. L’un des principaux apports de cette thèse a été de mettre en évidence les différences associées à la régulation de la croissance (sélection vs phénotypes intra et inter familiaux). Le rôle de certains gènes associés au contrôle de l’appétit, en particulier le lepr, et comment son expression peut être associée à la performance individuelle et familiale est à souligner.
Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que l’expression de l’igf-1 hépatique et de l’igf-1r hépatique et musculaire chez l’omble de fontaine et le sébaste sont de bons indicateurs physiologiques de la croissance, tout comme le pk musculaire et le cox cardiaque pour le métabolisme chez le sébaste atlantique.
Cette étude met en évidence comment la transcriptomique peut être utile dans la poursuite de différents objectifs de recherche, entre autres pour déterminer le rôle des différents stades endocriniens clés qui modulent la performance physiologique et pour étudier la croissance d’espèces dont les conditions d’habitat sont difficiles à reproduire en milieu expérimental, comme la profondeur ou la pression pour le sébaste atlantique.

De plus Maria a vu son article, écrit en collaboration avec Marie Vagner (LEMAR), Caroline Senay (IML) et Céline Audet (UQAR-ISMER), être publié dans ICES Journal of Marine Science le 11 janvier 2022. Félicitations !

On estime que dans les années à venir le sébaste atlantique Sebastes mentella deviendra la principale espèce soutenant l’industrie des pêches commerciales de poissons de fond dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent (EGSL). En 2011, 2012 et 2013, trois fortes cohortes ont participé au recrutement pour ce stock ; les abondances en 2018 étaient 80 fois plus élevées que celles de la période 1993-2012. L’objectif principal de ce travail était d’approfondir notre connaissance sur la régulation de la croissance et du métabolisme chez les juvéniles de cette espèce afin d’identifier des indicateurs moléculaires pour ces fonctions et de déterminer comment ils sont influencés par les conditions environnementales naturelles. La masse des poissons et la température de l’eau ont expliqué 11 % de la variation des niveaux relatifs d’ARNm des gènes ciblés dans le foie et le muscle entre les sept sites de l’EGSL où des sébastes ont été capturés. L’expression relative du facteur de croissance de type insulinique (igf-1) dans le foie et de la lactate déshydrogénase (ldh-a) dans le muscle blanc était positivement corrélée à la masse, tandis que des corrélations négatives ont été observées pour l’expression relative de la myosine à chaîne lourde (myo) dans le muscle, de la citrate synthase (cs) dans le cœur et de la pyruvate kinase (pk) dans muscle blanc. L’expression relative de la cytochrome c oxydase sous-unité 1 (cox-1) dans le cœur et du récepteur à l’IGF-1 (igf-1ra) était négativement corrélée à la température. Les sébastes issus de l’estuaire avaient une masse inférieure à ceux capturés aux autres sites. Étant donné la corrélation positive entre la masse des sébastes et la température, cette étude suggère un avantage écologique pour cette espèce dans un contexte de réchauffement climatique.

Partager cet article