Lola Coussau remporte le prix coup de coeur de l’ACFAS avec sa vidéo “Le retour du Sébaste dans le Saint-Laurent”

raqstudentÉtudiant.e.s, Nos membres rayonnent

Chaque année depuis 1993, l’association francophone pour le savoir (ACFAS) invite les chercheur.e.s à participer au concours de vulgarisation de la recherche, qui cette année était sous le thème « Racontez-moi… 30 ans de vulgarisation scientifique ». Quatre formes de communication étaient acceptées soit une bande-dessinée, un texte, une vidéo ou un format audio.

C’est une vidéo tout à fait à point qu’à soumis Lola Coussau sur le retour fulgurant du Sébaste dans les eaux du Golfe du Saint-Laurent qui lui a valu le prix coup de cœur du concours. Lola est étudiante au doctorat en océanographie sous la supervision de Pascal Sirois (UQAC) et Dominique Robert (UQAR-ISMER) qui a à coeur de partager au grand public les propriétés fascinantes des otolithes.  C’est à plusieurs reprises que Lola nous a partagé son désir de vulgariser la science au grand public. Elle fait parti de regroupement tel que l’association de vulgarisation scientifique de l’UQAR, le RÉVUS et a participé à plusieurs ateliers de partage de la science organisés par le Réseau Aquatique Québec (RAQ).

Résumé de la vidéo :

« Après 27 années de moratoire, la pêche au sébaste dans le golfe du Saint-Laurent est à la veille de sa réouverture. Classé espèce menacée il y a encore peu, le sébaste a amorcé son grand retour au début des années 2010, conjointement à l’intensification du réchauffement des eaux profondes de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. La recrudescence de cette espèce pique l’attention des scientifiques et inquiète les pêcheurs de la crevette nordique, proie préférée de ce poisson rouge vorace. Les informations contenues dans les otolithes, de petits os présents dans l’oreille interne des sébastes, pourraient bien nous aider à percer le mystère entourant son grand retour. »

Félicitation Lola pour cette magnifique réalisation.

Pour voir le communiqué de l’ACFAS sur la vidéo de Lola, c’est ici.

Partager cet article