Offre de doctorat à l’IFREMER sur la capacité de support écologique de l’aquaculture en milieu tropical

raqstudentAnnonces, Projets de doctorat

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Description de l’offre:

La thèse proposée sera rattachée à deux laboratoires :

– L’unité Ifremer intégrée dans l’UMR MARBEC (MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation), qui mène des travaux de recherche sur la biodiversité marine, ses usages et sa conservation, plus particulièrement en écologie halieutique et en aquacultures durables. Les actions du laboratoire Adaptation, Adaptabilité des Animaux et des Systèmes d’élevage (L-3AS), qui est l’une des composantes de cette unité, contribuent au développement durable des filières piscicoles tempérées et tropicales, par l’acquisition de connaissances sur les interactions animal – système d’élevage – environnement dans une approche multi- disciplinaire combinant la génétique, la physiologie, l’éthologie, l’écologie, la zootechnie et l’ingénierie des systèmes.

– Le Laboratoire Environnement et Ressources Bretagne nord (LER/BN), qui a en charge l’observation et la surveillance environnementale et sanitaire du littoral, l’émission d’avis et d’expertises, la réalisation d’études et de projets de recherche, et la valorisation des connaissances acquises. Il développe des études et projets de recherche principalement en écologie benthique, ayant trait à la structuration et au fonctionnement du compartiment benthique en système mégatidal.

Résumé de la thèse

L’un des défis du développement durable de l’aquaculture marine est de déterminer le niveau adéquat de production qui n’entraînera pas de changement significatif dans les processus et services écologiques, c’est à dire respectant la capacité de charge écologique des écosystèmes récepteurs. À cette fin, les approches de modélisation peuvent aider les décideurs. La capacité de charge varie en fonction du type d’écosystème. La relation entre dose (ex. flux de nutriments) et réponse des écosystèmes (ex. diversité des communautés) dépend de nombreux paramètres (espèces élevées, intensité de production, hydrodynamisme, habitats/biocénoses exposés, etc.). La plupart des seuils environnementaux associés à la pisciculture ont été définis dans des environnements tempérés. Très peu d’études ont rapporté des seuils d’impact pour les piscicultures en milieu tropical. Les objectifs scientifiques de ce projet de thèse sont i) comprendre la réponse des habitats benthiques de substrats meubles tropicaux à l’enrichissement organique (en utilisant l’aquaculture comme modèle), ii) identifier et tester des indicateurs pertinents des effets de l’enrichissement organique sur ces habitats, ii) développer un modèles semi-empirique (relations quantitatives dose-réponse). Cette thèse offre une opportunité d’aborder cette problématique dans plusieurs territoires français d’outre-mer à travers une approche originale alliant observation et modélisation.

Pour plus d’informations et pour postuler c’est ici !

Partager cet article